Langue des signes et iconicité

L’iconicité

Un peu de théorie

L’iconicité est une caractéristique fondamentale de la langue des signes . Elle s’appuie sur le lien de ressemblance entre le signe et son référent. Des linguistes (Christian Cuxac) ont décrit le processus d’iconisation de l’expérience vécue ou imaginée. Les discours en langue des signes présentent un va-et-vient entre le dire, sans donner à voir: (pas de visée illustrative – l’iconicité est dans les signes standards) et le dire, en donnant à voir ( visée illustrative du «comme ça» – emploi structure de grande iconicité). Les techniques d’iconicité utilisées dans toutes les langues des signes sont particulièrement utilisées par des locuteurs de langues des signes différentes. Ce terrain commun permet donc une communication beaucoup plus forte entre locuteurs de différentes langues des signes qu’entre locuteurs de langues audiovocales différentes.

Dans l’accès aux soins en langue des signes qui se développe, des professionnels abordent les thèmes de santé avec une stratégie d’ iconicité. Le but est de permettre l’appropriation de savoir sur la santé par TOUS les sourds, quels que soient leur langue des signes et leur degré de maîtrise de la langue audio vocale de leur pays de résidence. Plusieurs enseignements se dégagent :

1) La démarche en iconicité se construit sur du sens partagé. Le processus d’iconisation en santé cherche à établir communication avec une référence culturelle commune. Par exemple le signe médecin . Les références diffèrent d’un pays à l’autre : celui qui prend la tension, qui ausculte( signe africain), qui prend le pouls (signe américain, qui a une médaille (signe français).

2) Dans développement du dire la santé en langue des signes, des concepts médicaux visualisés apparaissent qui correspondent à la façon sourde de penser ainsi la boucle du signe hormone.

3) La description du fonctionnement du corps suit le sens commun avec les marqueurs de la taille, forme..Sur cette iconicité on peut raconter une histoire, comme le coeur son emplacement, ses battements alternatifs, sa circulation., arriver aux maladies et aux traitements exemple: coronaire bouchée et stent.
Des experts linguistiques sourds ont déjà synthétisé des bases du processus d’iconisation :
– élaborer une schématisation mentale,
– position fixe, importance du regard, respiration
– des signes précis , une description anatomique rigoureuse,
– durée d’un mouvement, d’une action, notions de cheminements , d’obstacles , de mouvements avec vitesse.
– exploiter la langue des signes :
– les transferts de personnes : incorporation complète du personnage
– transferts de situations : scène mise à distance dans son ensemble
– transferts de taille et de forme : description
– les échanges internationaux vont accroître les savoirs et les pratiques de l’iconicité.